Transat (1479)

Day 50 : 132 miles parcourus (4350 / 4370 miles) – Vent=15 Kts

Cet article est le 51 e sur 52 de la série Transatlantique

Nuit paisible, doux rêves.
Le bruit d’une forte pluie sur le hublot au dessus de moi me tire tout doucement de mon sommeil.
Mmmmmm, que c’est bon d’être au chaud et au sec lorsque les conditions sont aussi mer… Oklahoma State Cowboys « Ludo, Adidas Yeezy 350 Dames c’est à toi »

D’OH!!!

J’enfile salopette, bottes et ciré.
Grrr, et en plus il y a des éclairs…

L’averse dure une bonne demi heure.

Je mettrai cela sur le fait que l’Océan voulait nous faire un dernier clin d’oeil avant notre arrivée qui, si tout se passe bien, devrait se faire ce soir.

Le petit déjeuner à raison de la dernière boite de biscuits.
Nous jetons directement dans la mer tout ce qui est en papier et carton pour maîtriser les déchets à bord.
Habituellement nous les découpons en petit bout avant de les jeter par dessus bord, mais cette fois j’ai envie de faire une petite régression en enfance.

Le temps de rassembler mes souvenirs, Scott Kazmir Jersey Fjallraven Kanken 16L et un magnifique avion en papier trône fièrement sur la table du cockpit.

Avec le vent qu’il y a, il va super bien voler!

Lever de soleil.
Plutôt joli, car ce dernier est pile derrière un nuage, mu legend redzen Canotte Toronto Raptors laissant éclater de gros rayons orangés tout autour de lui.

Ca ressemble à un GO!

Alors GO!!!

Je cherche la direction du vent une dernière fois, peaufine les pliages, nike tn noir les refait un à un pour être certain qu’ils ne lacheront pas lors de cette aventure intrépide.
Le moment est venu.
Je le lance…

Fuiiiiiit, cabriole, plouf, écrasé minable à moins de deux mètres de la rampe de lancement.
WTF!
Il a du voler environ 1 seconde, la honte!!!

J’analyse les données de vol, nike air max 1 bordowe et comprend rapidement le bug.
Je l’ai fait décoller en vent arrière, nike air huarache italia QUEL AMATEUR!
Ne JAMAIS décoller en vent arrière, c’est bien la première chose que l’on apprend lors du brevet de pilote.

Bref, bonne crise de rire, j’espère ne jamais faire cette boulette avec mon véritable avion!

Dernier petit déjeuner en pleine mer.
Chaque action se répète pour la 24ème fois depuis le départ des Canaries.
Et pourtant…
La saveur de ce petit déjeuner reste toute particulière.
Dodo à 9h30, réveil à 11h30.

Je fais un couscous-boulettes.
Il fait au moins 30°C, température merveilleuse pour savourer un plat aussi roboratif.

Bref…

De toutes manières il ne reste plus grand chose à manger.
C’est quand même très bon.

La mer est agitée, avec une grosse houle.

Transat (1471)
Je prends la barre à 15h, et comme un dernier signe (euh, Solde adidas superstar le petit cadeau d’adieu ce n’était pas censé être la nuit dernière?), un grain énorme s’abat sur moi.
L’eau est tiède, et 30 minutes plus tard, je suis déjà sec.

Transat (1472)Temps menaçant, jusqu’au bout!

14h.
La radio se met à grésiller.
Puis une voix se fait entendre.
Un être humain!
Ca y est, nike air max 1 hombre adidas ultra boost hombre asics gel lyte 5 mujer rojas la transition s’amorce, nike italy milano le concept d’arrivée prend forme.

16h40.
Nous apercevons l’île de Sainte Lucie.

18h00.
J’aperçois un vague contour.
Serait il possible que?
Mais oui, la voilà.
C’est l’île de la Martinique.
Ma gorge se serre, mon corps tremble.

Ainsi ça y est, Scarpe Hogan c’est vraiment la fin.
Mes yeux ont pour la première fois depuis 3 semaines un point de repère planté dans la mer.

Transat (1479)On a du mal à en croire nos yeux!

Bzzzzz.
Bzzzzz.
C’est quoi ça?
Mon téléphone!!!!!

Nous captons, une petite étape supplémentaire nous reconnectant (ré enchainant?) à notre vie passée.

Transat (1483)Ouaouh, ça sert aussi à téléphoner ce truc?

Etrange ambiance au sein de l’équipage, adidas ultra boost uomo où la joie de l’arrivée à un petit goût étrange, ce goût nous faisant dire que cette aventure touche à sa fin, que plus rien ne sera comme avant…

Transat (1484)

Rolland nous fait de supers pains perdus, petite madeleine de Proust pour plusieurs membres de l’équipage.

Transat (1473)Transat (1486)

20 miles des côtes.

Dîner composé des restes de couscous + pâté.

Un joli nuage, en forme de navire à vapeur nous accueille, comme pour nous aider à reprendre contact avec la réalité.

Transat (1461)Comment ça je suis le seul à le voir?

Je prends la barre.

Le phare de l’île se rapproche, nike air max 2016 heren blauw il nous salue de sa mélodie de phare, nike air max goedkoop composée d’un unique accord de quatre éclats blancs.

23h20.
Le phare passe par le travers tribord, new balance bordowe damskie allegro le top d’arrivée est donné.
Avant le départ, Asics Gel Nimbus 14 damskie chacun avait donné une estimation de la durée de traversée.
Rolland est le plus proche, Canotta NCAA il gagne!

Je devine des éclats à mon 3/4 arrière.
Encore des éclairs?
Mais non, c’est le phare!
Il va falloir se réhabituer , lunette de soleil oakley pas cher Teddy Bridgewater – Louisville Jerseys l’homme reprend ses droits, la technologie également : )

Nous arrivons sans encombre dans la baie de Ste Anne (face au Club Med, au moins le retour à la réalité se fait dans un cadre idylique ^^).
La nuit est belle, mais déjà les étoiles se sont effacées face à la pollution lumineuse de nos villes et routes.
La nature se cache à nouveau, nike air max 1 essential męskie d’une humilité toute relative face au petit égo autocentré de notre chère espèce.

Je suis partagé, scarpe adidas mais globalement content de me rapprocher de la terre ferme.
Première nuit au calme, New Balance 990 hombre sans vague,

Transatlantique<< Day 49 : 111 miles parcourus (4218 / 4370 miles) – Vent=16 KtsDay 51 : ARRIVEE !!! 20 miles parcourus (4370 / 4370 miles) >>
  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

78 − = 70

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>